dimanche 31 mars 2013

Dans la précipitation...

J'ai oublié d'expliquer pourquoi Ginkgo et Coquelicot!

Le premier obstacle, une fois la décision prise a été de trouver un nom.
Après de nombreux essais ou je voulais intégrer la couleur, la lettre K, le fil et bien d'autres choses encore, car il est bien difficile de se résumer à quelques mots, le Ginkgo est arrivé naturellement.

J'observe plusieurs fois par semaine les trois arbres près de chez moi (d'ailleurs, ils ne bourgeonnent toujours pas) et je suis le passage du vert tendre au jaune pâle puis flamboyant.
Mais sous des apparences banales, c'est un des plus anciens arbres connus, il est très résistant, on lui prête des vertus thérapeutiques, il y a des arbres mâles et des arbres femelles.
Il est symbole d'unité des opposés et de longévité.
On reproche aux fruits de sentir mauvais (ce qui est vrai) mais derrière ce désagrément que de beauté, de sérénité et d'éclat.
Photo prise en pleine ville!

Et le coquelicot, d'apparence fragile, il s'installe partout. On le considère comme une mauvaise herbe, c'est la nature qui envahit  les friches, les terrains vagues de sa couleur flamboyante.
Il a des vertus apaisantes, il est la mort sur les champs de bataille de la 1ère guerre mondiale dans le poème In Flanders Fields de John McCrae, il se fane si on le cueille
C'est la vie, la mort, la poésie.

Erreur réparée (Merci Cécile, en attendant plus...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre visite et de laisser un commentaire!
Thank you for visiting and leaving a comment!